lundi, novembre 21, 2005

 

No balls, no Glory.

Ce soir c’est Coldplay au Zénith de Toulouse. Réunion écourtée avec Mr power puis direction la voiture pour récupérer Fab. Je vais finir par mieux connaitre Toulouse que Bordeaux si ça continue... 20h00, la salle de concert est pleine à craquer. 20h05 (je suis toujours sidéré par la ponctualité des concerts de riches) Chris Martin arrive seul pour annoncer la première partie. Le QI semble être tombé à 2 puisque l’ensemble des spectateurs du Zénith ne trouve à répondre qu’un BEUARRRR général…Tiens des écrans géants ! Tiens Brad Pitt ! ah ouais… c’est leur truc sur le commerce équitable… mais oui c’est bon je prends du Max Avlar ou un truc comme ça…Des hôtesses surgissent de nulle part et commencent à distribuer des pétitions à tire-larigot pendant que des écrans pubs montrent des SMS à taper pour aider les pays pauvres… Je me sens comme étant un petit peu pris en otage…N’aurais je donc pas le choix ? Allez, comme les 2 ou 3 milles crétins de ce soir je ne suis pas là pour batailler ni pour faire mon casse-couilles : je signe…Bono qui claque des doigts puis Geldof puis toute une tripotée de stars vêtues de blanc…Bon fait péter la première partie sinon je vais m’endormir… Goldfrapp arrive. Tiens une ampoule vient de griller derrière elle… Oups ! C’est jamais très bon signe quand on remarque ce style de détail…Je regarde avec attention tout le processus de changement d’ampoule… et là c’est le drame : je m’endors… Que dire de Goldfrapp sinon que la disco a fait beaucoup de mal à la musique en général…sa tenue en lamé et sa coupe de cheveux Bonnie Tylienne n’y changeront rien, c’est chiant, c’est guimauve, c’est mauvais et en plus c’est pas du tout premier choix… Le trip Pantalons bouffants, synthé monté en guitare et bérets blancs est à gerber… Bon ok... je pionce…Soudain Fab me réveille. "Quoi ? Keya Fab ?" "C’est son dernier single Ouh lala !! (Super titre digne du meilleur Carlos feat A.Cordy)" "Et c’est pour ça que tu me réveilles ? Qu’est ce que tu veux que ça me foute…" J’ai vraiment l’impression d’avoir devant moi Bonnie Lauper ou Cindy Tyler mais qui n’aurait jamais chanté "True colors" ou "Heartache". Perchée du haut de ses talons à semelles compensées elle fait de petits bonds de plus en plus ridicules… Pourvu qu’elle se casse la gueule, les lumières s’éteignent : même pas… déçu…. Juste le temps d’aller pisser et Coldplay arrive version je-me-la-pête-ombre-sur-fond-blanc…Chris Martin à qui on a dû donner des cours pour occuper l’espace scénique, gesticule comme un fou qui se serait coincé une peau de zob dans sa braguette puis saute pour frôler les premiers rangs de la fosse. Mais il ne voit pas cette satané petite marche entre l’avant scène et la scène... Et là c’est le re-drame : il manque de se vautrer, se récupère au dernier moment … je me marre ; ahhhh Moi qui croyais que j’allais me faire chier !! Mais il s’annonce bien ce concert….Nous avons droit à des poses Bonoiennes, des interrogations métaphysiques et existentielles du style "are you okay Tulus ?" (Après des "Come on Bodo" des Mitchell Bros et de Bloc party) "Vous êtes chaud Tulus ??" Et des milliers de crétins de répliquer comme un seul homme "BEUARRRRRR", tuer c’est pas bien, voler c’est pas beau, il faut aider les faibles….Gnagnagnignagnana, c’est bon... ta gueule... chante.. Des tubes à la pelle, des écrans géants, je suis devant ma télé. Coldplay est devenu U2 (le coté militant casse-couilles en plus) Bon alors voyons … "Chris Martin a grandi dans le Devon BLA BLA BLA... Ils se sont rencontrés en 1996 à l'University College de Londres. Chris Martin était étudiant en Histoire ancienne, Jonny Buckland étudiait l'astronomie et Guy Berryman voulait devenir ingénieur. Chris et Jonny commencèrent tout d'abord à écrire des chansons ensemble. Guy écouta leurs compositions et les rejoignit à la basse ; il laissa même tomber ses études pour se concentrer sur le groupe. Il ne tardèrent pas à convaincre le plus jeune membre du groupe, Will Champion, de les rejoindre à la batterie, bien qu'à la base ce dernier jouait de la guitare. Les quatre membres de Coldplay étaient très motivés et répétaient presque tous les soirs : "Nous jouions dans des salles de bains, des sous-sols, partout où on pouvait jouer", rapporte Chris. Le groupe ne tarda pas à trouver son nom, BLA BLA BLA grâce à Tim, un ami rencontré lui aussi à la fac. Il l'avait lui-même suggéré pour son groupe, mais il changea d'idée trouvant qu'en fin de compte, ce nom était bien trop déprimant. Les répétitions allaient donc bon train, et c'est à la fin de l'année 1998 que le groupe joua son premier concert en public au Café cubain de Manchester. Ils avaient à cette époque déjà écrit certaines des chansons qui allaient faire leur succès : Don't Panic et Everything's Not Lost. C'est également à cette époque qu'ils sortirent leur premier maxi-single, Safety. Financé par leur ami et manager Phil Harvey, Safety, fut pressé à 500 exemplaires ; c'est grâce à ce disque que le groupe décrocha un concert au City Music Festival de Manchester en 1998. C'est lors de cette manifestation que Simon Williams, du label Fierce Panda, les remarqua. Il produit alors le maxi-single Brothers & Sisters, disque qui ne tarda pas à susciter l'intérêt de Universal Records. Une copie fut également donnée à Parlophone Records. Le groupe signa alors un contrat avec les deux compagnies au début de l'été 1999. Brothers & Sisters fut donc diffusé à la radio et atteint la place 92 aux charts anglais. Sous leur nouveau label, BLA BLA BLA Coldplay commença à se produire dans divers festivals durant l'été et jouèrent en première partie de "Catatonia". A cette époque, les choses allaient bon train ; mais malgré tout, Coldplay ne se laissa pas bercer dans l'insouciance de cette nouvelle vague de succès et garda un certain contrôle par rapport aux labels et maisons de disques. Ils voulaient avoir le contrôle de leurs affaires, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'ils co-produisent tous leurs albums et sont très impliqués dans tout ce qui est lié à leurs clips et " artwork ". Ceux son même eux qui prirent la photographie figurant sur la jaquette de l'album "Parachutes". Ils sont maîtres de leur travail et malgré de nombreuses demandes, refusent catégoriquement qu'on fasse figurer une de leurs chansons dans un spot publicitaire. Après la sortie de Blue Room, le groupe se retrouva pressé par Parlophone pour sortir un album. Ils parvinrent tout de même à terminer toutes leurs compositions à la fin de l'année 1999 et entrèrent en studio au début de l'année 2000. Quand Parachutes sortit en Juin 2000, peu de gens y prêtèrent grande attention, BLA BLA BLA assimilant le groupe à un nouveau Radiohead ou Travis. Mais le disque se retrouva bientôt à la première place des Charts anglais grâce à ses singles Yellow et Trouble. Au final, Parachutes fut considéré comme un des meilleurs albums de l'année 2000. Coldplay obtint ainsi quelques récompenses, une nomination aux Mercury Prize, et obtenus les prix du meilleur groupe et meilleur album aux British Awards. BLA BLA BLA» Il est mignon Chris martin mais faudrait pas qu’il parles…Trop de mise en scène tue la mise en scène…Le coup du "morceau-où-je-pique-un-portable-pour-téléphoner-à-quelqu’un-qui-est-très-loin-bouuuu-je-suis-si-triste-et-si-seul" : Rrrrrrrrnnnnnn C’est pendant le premier rappel que je commence à me demander où j’ai garé ma bagnole [Diane ? Note pour plus tard : relever le numéro de la place de parking avant de partir et non pas après]… Quel con….Il gèle, je cherche cette putain de voiture pendant des plombes, un embouteillage pas croyable, 45 mn d’attente avant de pouvoir sortir de ce foutu Zénith. Il est 0h00, je sors à peine de Toulouse et j’ai une putain de dalle (merci Fab pour les petits écoliers). Et ben je suis pas encore couché moi…Cold quoi vous m’avez dit ??

Comments:
dingue ça!!
boulot à plein temps ce blog.
De rien pour les petits écoliers!
 
Salut Fabe, ça fait plaisir de te voir en ces lignes, mon cher...
 
Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?