mardi, novembre 15, 2005

 

Kaka mou, Kaka moulox !

Kad né 27 Mars 1964, à Sidi Bel Abbes en Algérie naît Kaddour Merad. En 1974 il entre en sixième. Il monte son premier groupe de rock. Il est chanteur puis batteur. Après un BEP et un CAP de Commerce, il écume d'abord les clubs Med pendant deux ans avec son groupe les "Gigolos Brothers". Puis il entre au cours de théâtre Jacqueline Duc au-dessus du Café de la Gare à Paris pour trois ans. Il joue Alceste, Pirrhus, Don César… Kad se tourne ensuite vers la radio et passe un casting à Ouï FM. Il en prend pour six ans, d'abord en solo pendant un an puis en duo avec Olivier, lui aussi animateur à Ouï depuis un an mais à une autre tranche horaire. Olivier Barroux est né le 5 janvier 1964 à Caen. Après avoir fréquenté les écoles privées, Olivier découvre le monde de la radio... Il entre à l'ADEL (Association pour le Développement et l'Expression Locale) une radio libre. Les scores d'audience ne sont pas encore à la hauteur mais suffisants pour se faire remarquer et décrocher une place d'animateur dans la principale radio libre de Normandie RVS. Olivier devient présentateur attitré des grands événements : Gala, émissions spéciales, etc. En cinq ans, derrière le micro, Olivier se fait la main et surtout une voix. Il quitte RVS en 1991 pour une radio à plus large diffusion Oui FM, où il rencontre Kad. Kad et Olivier animent tous les jours une émission qui devient très vite culte : Le "Rock'n Roll Circus" dont la séquence culminante reste la synchro d'Hélène et les garçons. Le principe est d'allumer la télé à l'heure du sitcom, de couper le son et Olivier & Kad se chargent des dialogues... L’émission devenant un succès, elle a lieu une fois par semaine en public au Montecristo puis au Globo. C’est en venant assister à l’une d’elles que Jean-Luc Delarue, à l’initiative de Florian Gazan, flaire leur talent. Il leur propose d’abord de réaliser un sketch sur le milieu de l’audiovisuel pour l’émission "Ça se discute". Emballé, Jean-Luc leur confie une rubrique dans sa nouvelle émission dominicale "Déjà dimanche". Après trois saisons, Jean-Luc Delarue leur garde toute sa confiance pour son émission quotidienne "C’est l’heure". Olivier & Kad créent encore un genre original en s’inspirant de leur expérience à Ouï Fm : La synchro. A partir de 2mn d’images de Jean-Luc discutant avec ses invités ils imaginent un nouveau dialogue. La performance est d’inventer et de synchroniser ce dialogue en 20 mn pour le présenter en live en fin d’émission. Viendront ensuite les 30 dernières minutes. Sous couvert d’un feuilleton, "Les 30 dernières minutes" est prétexte à raconter comment se prépare une émission de télévision. Le 24 janvier 1998, naissait donc la première sitcom française totalement décalée, "Les 30 dernières minutes". Bien loin de "Hélène et les garçons" ou autres "Le Miel et les Abeilles", celle-ci n'a pas survécu à l'incompréhension de France 2, qui l'a déprogrammée après seulement 25 épisodes, mais elle a jeté pendant presque un an un souffle de folie sur les samedis soirs de la chaîne. Produite par Réservoir Prod, société de production de Jean-Luc Delarue, la sitcom "Les 30 dernières minutes" débute avec une double contrainte : peu de temps, peu d'argent. Tournée au quatrième étage de Réservoir Prod, avec des acteurs peu ou pas connus (voire le personnel de Réservoir pour la figuration, Jean-Luc Delarue y compris !), la série s'engage résolument dans un ton décalé, parodique. L'histoire : "Les 30 dernières minutes" raconte la journée qui précède le tournage d'une émission de télévision minable et sans budget ni renommée, les difficultés à trouver un invité principal, et les rebondissements et histoires d'amour à l'intérieur de l'équipe : l'envers du décor, quoi. La télévision est donc le principal sujet de moquerie de la série, à travers ses interprètes principaux, Kad Mérad (Darius Perrini, le présentateur) et Olivier (Benoît Coudraux, rédacteur en chef), Florian Gazan (Florian), Tania de Montaigne (Tania), Fanny Pailland (Lisa), Stéphane Troadec (Mermoz, journaliste d'investigation), Florence Maury (Agrippine), et Thomas Baudry (le Gamin, stagiaire). Un de ceux-ci définit d'ailleurs la série, à l'époque, comme "un compromis entre 'La Cuisine des Mousquetaires' et 'Apostrophes'". De nombreuses "guest stars" apparaissent au fil des différents épisodes, comme Yvan Le Bolloch, Tom Novembre, Bertrand Renard, Karl Zéro, Patrice Lafont, Dieudonné, Michel Cremades, Pierre Sled, Gérad Vivès…La diffusion très tardive de la sitcom (après le journal de la nuit le samedi soir) autorise une certaine liberté aux auteurs, ce qui rend possible le ton véritablement déjanté et si sympathique des "30 dernières minutes". Mais cette liberté a rapidement effrayé France 2, qui n'a pas compris l'intérêt des "30 dernières minutes", et l'a rapidement déprogrammée, au grand dam du groupe de fans qui s'était constitué, rassemblé dans le Forum des "30 dernières minutes" sur Internet. Pétitions et lettres n'y ont rien fait, la série a disparu des écrans dans un immense carnage : tous les personnages meurent assassinés par Anne Roumanoff, bête noire et tête de Turc de l'équipe. La chaîne Comédie a ensuite racheté l'ensemble des épisodes, qu'elle rediffuse de manière régulière. Pour l'heure, toujours aucune sortie en vidéo ne serait au programme…Puis Kad et Olivier rejoignent Comédie où ils prennent en charge la présentation de la "Grosse Emission" pendant trois ans (avec déja Paméla Rose). Puis direction le cinéma avec "Qui a tué Paméla Rose ?" puis le gros DVD résumé de sketchs de Comédie. Puis redirection TV sur C+. Le nouveau délire de Kad et Olivier passe par l’Atlantique, avec une traversée "en solitaire à deux" filmée en studio pour une sortie exclusive en DVD. En d’autres termes, cette série de sketchs n’est pas passée à la télévision et se retrouve directement dans les bacs.

Comments: Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?