jeudi, octobre 20, 2005

 

Lycanthrope mon amour.

Le loup-garou ou lycanthrope est un personnage de légende, vagabond et malfaisant, qui passait pour avoir le pouvoir de se transformer en loup. Le terme « garou » vient du francique werwolf qui signifie déjà « homme-loup » (« wer » représente la même racine que le latin « vir », l’homme). Originellement, wolf voulait aussi dire « voleur ». Dans l'Antiquité, on parlait aussi de versipelles. Collin de Plancy, dans son Dictionnaire infernal, publié en 1818, définit la lycanthropie comme une « maladie qui, dans les siècles où l’on ne voyait partout que démons, sorcelleries et maléfices, troublait l’imagination des cerveaux faibles, au point qu’ils se croyaient métamorphosés en loups-garous, et se conduisaient en conséquence. Les mélancoliques étaient plus que les autres disposés à devenir lycanthropes, c’est-à-dire hommes loups. » Selon la légende, lors des nuits de pleine lune, l’humain loup-garou, se transforme en un loup énorme avec des sens hyper développés et acquiert les caractères attribués à cet animal : puissance musculaire, agilité, ruse et férocité. Il chasse et attaque sans merci ses victimes pour les dévorer, ne contrôlant plus ses faits et gestes, et pouvant tuer de nombreuses victimes en une seule nuit. Les gens se sont mis à chasser les loups, s’en protégeant avec de l’eau bénite et les tuant avec une balle en argent. Selon ces mêmes légendes, les loup-garous souffrent de la même répulsion que les vampires pour les choses sacrées et étaient, de même, considérés comme créatures du Diable. Ils se répandaient par morsures, et la malédiction commençait dès la première pleine lune après que la victime s’était fait mordre, et revenait à chaque pleine lune, sans que la victime ne puisse faire autre chose que subir sa malédiction ou mourir. De même selon la légende, les humains loup-garous pouvaient conserver quelques caractéristiques, telles une modification de leur voix et de leurs yeux, des sourcils se rejoignant au-dessus du nez, des ongles légèrement rougeâtres, le majeur un peu plus long, les oreilles implantées un peu plus bas et en arrière de la tête, et de façon générale un peu plus de poils sur les mains, les pieds et dans le dos. En dehors de la légende, les faits historiques concernant la lycanthropie poussent à décrire le lycanthrope comme suit: selon Jean Wier, les malades atteints de lycanthropie sont pâles, ont les yeux enfoncés et la langue fort sèche. Mais à partir du XV eme siècle, les légendes, en Scandinavie, en Russie occidentale et en Europe centrale, font état de l’existence de philtres magiques pouvant aider les humains loup-garous à retrouver tout leur aspect humain. Le Lycanthrope ne se transformant qu’à la pleine lune, il suffit de l’enfermer durant cette période dans une cage ou une cellule solidement fermée et cadenassée. Une fois la transformation effectuée, le lycanthrope voit ses forces décuplées, la seule arme efficace pour le tuer est un pistolet ou mieux un fusil à balles d’argent, si possible bénites. L’exorcisme reste une autre façon de chasser l’esprit démoniaque qui a pris possession du corps du malheureux maudit et ainsi peut-être de sauver sa vie. Pour survivre à coup sûr, il faut le toucher en plein cœur et la balle doit y rester. Si vous pouvez y parvenir avec une lance ou un pieu (il faut transpercer son cœur), il faut que la lame soit entièrement en argent et bénie au nom du saint des chasseurs. Pour le garder sans danger, il faut une cage en argent (bénie elle aussi). L’argent béni lui provoque des brûlures qu’il déteste et qu’il ne supporte pas; il ne touchera pas les barreaux de sa cage bien longtemps, si elle lui résiste, il devient plus furieux, ce qui lui donne encore plus de force. Le mythe du loup-garou est très ancien et commun à de nombreux peuples européens. Du point de vue de la mythologie, le loup-garou a longtemps été indissociable du vampire, les deux étant en fait un seul et même monstre (le vampire historique n'a que peu à voir avec le vampire byronien, aristocrate et charmant). "On avait déjà les méchants stylés, les vampires, alors on a fait les méchants affreux, les loups-garous." Au Ve siècle av JC, Hérodote parle d’une race d’hommes habitant les contrées des bords de la mer noire et capables en tant que magiciens habiles de se métamorphoser à volonté en loups, puis de reprendre leur apparence humaine. Dès cette époque il y avait une croyance au fait que des êtres humains anthropophages, par la pratique de la magie, prenaient l’apparence d’un loup pour satisfaire plus facilement leurs appétits monstrueux. La mythologie grecque raconte que Latona, la mère d’Apollon, se protégeait de la colère d’Héra en se transformant en louve. Ovide (-43-17), rapporte aussi que Lycaon roi d’Arcadie et ses cinquante fils qui étaient réputés pour leur impiété, servirent à Zeus qui était venu leur rendre visite sous l’apparence d’un pauvre hère, un plat à base de chair humaine qui s’avèra être celle d’un enfant. Zeus, indigné, repoussa au loin la table du festin, foudroya tous les fils du roi, sauf Nyctimos, qui monta sur le trône et changea Lycaon en loup : « Ses vêtements se changent en poils, ses bras en jambes ; devenu un loup il conserve encore des vestiges de son ancienne forme. Il a toujours le même poil gris, le même air farouche, les mêmes yeux ardents ; il est toujours l’image de la férocité. » Virgile en parle également dans sa huitième églogue, où il fait dire à Alphésibée : « J’ai vu Moeris se faire loup et s’enfoncer dans les bois ». Pline le Jeune raconte la métamorphose d’un homme coupable en fuite qui, traversant à la nage les eaux d’un lac, est devenu un loup en arrivant sur la rive opposée. Au 1er siècle, Arétée de Cappadoce explique que certains hommes qui se sentent transformés en loup sont travaillés par les appétits et les affres de cet animal féroce, se jettent sur les troupeaux et les hommes pour les dévorer, sortent la nuit de préférence, hantent les cimetières et les monuments, hurlant à la mort, avec une perpétuelle altération, les yeux enfoncés et hagards, ne voyant qu’obscurément comme s’il était entouré de ténèbres, les jambes meurtries par les égratignures et les morsures de chiens. Les médecins latins connaissaient une maladie qu’ils nommaient insania lupina (folie louvière ou rage lupine). De nombreuses autres légendes en Scandinavie, en Russie occidentale et en Europe centrale, font référence aux loups-garous. Les garous scandinaves ne sont par frappés du même ostracisme qu’ailleurs et, sans être ordinaire, le garou est plus ou moins accepté dans la société. Au XIIeme siècle, Guillaume de Palerme parle du Leu-Garou. De nombreux sorciers avaient à l’époque pris l’habitude de courir dans les champs, les nuits de pleine lune, munis de peaux de loup, afin d’effrayer les populations. De la fin du Moyen-Âge et durant la Renaissance, en un peu plus de cent ans, on a enregistré, en France, près de 30 000 procès de loup-garous. Les populations rurales croyaient fortement à l’existence de ces « hommes loups » qui ravageaient les campagnes et s’attaquaient aux animaux comme aux être humains. En Europe, du XVe au XVIIIe siècle, près de 100 000 personnes ont été reconnues comme loup-garou et condamnées à être brûlées vives. Selon Collin de Plancy, des dizaines de milliers d’autres ont péri, sans autre forme de procès, lorsqu’un villageois était soupçonné d’être un loup-garou, il était attrapé et écorché vif, car la légende voulait que les poils se cachaient sous la peau. Lors du XXe siècle, plusieurs affaires ont été liées au mythe du loup-garou : l’affaire de la « bête de Sarlat », en Corrèze, jamais élucidée ; l’affaire de la « bête de Senonges » dans les Vosges qui en 1994 égorgea plus de 80 animaux ; l’affaire de la « bête du Valais », en Suisse, jamais élucidée ; l’affaire de la « bête de Noth », en Suisse, jamais élucidée ; Très récemment, le journal Courrier international du 6 novembre 2003 - n° 679, rapporte ces témoignages insolites tenus devant le tribunal criminel de Lauzanne ou un homme est poursuivi pour avoir massacré son épouse à coups de couteau : « J’ai vu ses canines pousser. Elles dégageaient une odeur étrange. Comme celle d’un loup-garou ». L’accusé a conservé « un contact avec la réalité », indiqua de son côté l’expert psychiatrique. On retrouve le mythe de l’homme se transformant en animal féroce dans d’autres cultures. Dans le Panthéon de l’Egypte ancienne, de nombreux dieux étaient représentés sous la forme d’un hybride, moitié homme et moitié animal.
En Afrique, on connaît la très forte présence de l’homme-léopard, et même de l’homme-chacal et de l’homme-hyène, en Asie de l’homme-tigre, et en Océanie de l’homme-requin. Le loup est aussi associé à la sexualité, à travers le dicton populaire, non innocent, qui disait à propos d’une jeune fille déflorée qu’elle « a vu le loup ». L’affaire de la bête du Gévaudan est aussi liée à ce mythe, bien qu’il soit plus ou moins avéré, aujourd’hui, qu’il s’agissait d’un gros chien ou d'un animal ramené d'Afrique, entrainé à traquer et à tuer par son maître, probablement un seigneur pervers ou un de ses valets. On expliquerait son incroyable résistance et son allure étrange par le fait qu'elle aurait porté une cuirasse en peau de sanglier (comme celles des chiens de guerre antique). La figure du loup, depuis la plus haute Antiquité jusqu’à nos jours, évoque la fascination de l’homme pour sa face sombre, pour sa cruauté naturelle qui peut revenir lorsqu’il se libère des contraintes que la civilisation lui impose. Le loup-garou fascine par sa force et son audace, il peut être le miroir déformant d’êtres mal à l’aise dans la société et qui ne parviennent pas à se présenter sous leur meilleur aspect. Certains théoriciens de l’école pessimiste anglo-saxonne ont magnifié cette énergie carnassière comme propre à la nature humaine. Dans ses pires moments, l’homme est un loup pour l’homme, à tel point qui lui arrive de se dévorer lui-même. En psychiatrie, la lycanthropie est une monomanie par laquelle le malade se croit changé en loup. Le terme « lycanthrope » vient lui du grec lycos (« loup ») et anthropos (« homme »). C’est donc un être humain qui se croît transformé en loup, à intervalles réguliers, souvent les nuits de pleine lune. Certains hommes de tout temps furent réellement frappés par cette psychose, la « lycanthropie ». L'esprit du loup ne sort que dans leur rêve. Dans leur rêve, ils sont des loups chassant et hurlant en meute. C'est un peu comme si un esprit de loup était dans un corps humain. Ils pensent et agissent comme un loup, mais il leur est impossible de se transformer physiquement. Pour eux, la transformation physique est réalité. Bien sûr, la plupart du temps, ils conservent une apparence humaine car il est préférable de rester incognito. Ce type là est le plus courant. On pense que ceux qui naissaient coiffés, avec une tache de vin ou des cheveux ressemblant à des poils de loup étaient des loups-garous. Parmi les Serbes et les Slovènes, ainsi qu'en Pologne, on disait que ces enfants avaient le don de double vue et de métamorphose. Bien que pouvant se changer en divers animaux, on disait qu'ils préféraient le loup hardi et assoiffé de sang. On dit qu'un loup-garou peut provenir d'un accouplement entre un homme et un Garou, entre 2 Garous ou même entre un loup et un garou. La croyance au loup-garou se retrouve dans les régions d'Europe côtières à l'océan Atlantique, où les loups-garous sont des humains mordus par ces êtres, ce qui provoque une transformation génétique chez la victime. Après cela, lors des nuits de pleine lune, les humains ainsi mordus se transformeront en un loup énorme doué de sens hyper développés, et chercheront sans merci pendant la nuit des victimes pour les dévorer sans pitié. On ne peut pas vraiment le différencier de l'humain, lorsqu'il adopte son apparence humaine. Il mène une vie très semblable à celle d'un humain. Il a souvent le même rythme de vie et les mêmes activités (travail, loisir...). Le loup-garou n'est pas immortel et possède une espérance de vie comparable à celle des humains. Ce n'est que lorsqu'il se métamorphose, que le mythe du loup-garou prend forme. L'homme devient alors un être hybride mi-homme mi-loup. Son corps recouvert de poil prend en général plus de volume. Sa force et certain de ses sens comme l'ouïe ou l'odorat se décuplent. Une fois métamorphosé, il possède parfois des pouvoirs magiques. L'influence de la lune est très grande pour tous les loups-garous. Elle donne l'énergie et l'espoir. Tous les loups-garous se rallient sous sa lumière, particulièrement lorsqu'elle est pleine. Elle bénéficie d'une sorte de vénération ou du moins de fascination de leur part. Contrairement à ce que l'on croit souvent, les loups-garous ne se transforment pas uniquement les nuits de pleine Lune, mais ils arrivent à contrôler leur transformation. Ils pourraient le faire en plein jour au besoin. Très proches de la nature, les garous ont souvent une affinité avec celle-ci, une sorte de compréhension innée de leur environnement. La plupart essayent du mieux qu'ils peuvent de préserver et protéger la nature. Si les humains aiment vivre en famille et les loups en meute, les loups-garous forment des groupes que l'on nomme souvent clan. Dans les villes où ils sont suffisamment nombreux, ils s'organisent en clan. Sinon, ils demeurent solitaires tout en ayant des contacts avec les autres loups-garous des environs (quand ils connaissent l'existence des autres bien sur). Le clan se définit un territoire de prédilection pour ses rencontres. C'est un endroit où la nature a su garder son droit (un parc ou un terrain vague la plupart du temps). Dans les plus grandes villes, on peut retrouver plusieurs clans, chacun ayant son territoire. Mais, il n'est pas rare de voir ces clans s'associer pour ainsi éviter les conflits d'espace. Car les loups-garous restent des créatures territoriales, comme le loup. Les loups-garous se rapprochent des vampires. Créatures sanguinaires tuant et massacrant hommes, femmes et enfants. Souffrant de la même répulsion que les vampires pour les choses sacrées et l'eau bénite, ils étaient désignés comme créatures du Diable. Pourtant les loups-garous et les vampires se détestent et se livrent à une guerre sans merci depuis plusieurs siècles. Un des points que ces 2 créatures ont en commun est la façon de les tuer, en effet ils craignent les mêmes choses (sauf la lumiére pour les garous). Les deux créatures doivent cacher leurs véritables identités aux yeux des humains, s'ils ne respectent pas cette règle, ils peuvent être bannis de leurs clans. Enfin, c'est évident, ce sont deux créatures de l'ombre et préfèrent la nuit au jour. Une des meilleures façons de se débarrasser d'un loup-garou était, semble-t-il, de le tuer grâce à une arme en argent (une balle de fusil le plus souvent). L'exorcisme restait une des seules façons de chasser l'esprit démoniaque du corps du malheureux maudit et ainsi peut-être sauver sa vie. D'ailleurs il craint tout les objets bénis et sacrés comme l'eau bénite par exemple. Le feu peut le terrasser ou du moins l'effrayer. La décapitation semble aussi être un moyen redoutable, il ne s'en remettra pas. Pour tout autre membre amputé, une faculté de se régénérer lors de la pleine lune suivante le requinquera.
Le Loup-Garou (The Wolf Man) réalisé en 1941 par Georges Waggner avecLon Chaney Jr et Claude Rains
Frankenstein rencontre le Loup-Garou (Frankenstein meets the Wolf man) réalisé en 1943 par Roy William Neill avec Lon Chaney Jr et Bela Lugosi
Le Loup-garou (The Werewolf) réalisé en 1956
La nuit du loup-garou (The Curse of the Werewolf) réalisé en 1961 par Terence Fisher avec Oliver Reed et Clifford Evans
(La Maldicion de la bestia) réalisé en 1975 par Miguel Iglesias Bonns
(An American Werewolf in London) réalisé en 1981 par John Landis
Wolf, réalisé en 1994 par Mike Nichols
(An American Werewolf in Paris) réalisé en 1997 par Anthony Walker
Dictionnaire infernal de Collin de Plancy (1818)
Le loup-garouLoup-Garou de Boris Vian, dans lequel le romancier détourne la légende en racontant la vie d’un pauvre loup contraint de se transformer en homme de temps à autre.
Les Morsures du loup-garou Anthologie présentée par Alain Pozzuoli - éd. Les Belles-Lettres 2004 - 257 pages
Loups-garous et vampires de Roland Villeneuve

Comments:
On peut ajouter aussi Wolfen de Michael Wadleigh (1981) avec Albert Finney et Edward James Olmos. Un bon petit film mélangeant mythe du loup garou et légendes amérindiennes. La même année il y'a aussi Hurlements de Joe Dante. Et aussi La féline de Jacques Tourneur en 1942, là c'est plutôt une panthère garou.
 
Bien vu. Shame on me.

Sinon la série pas mal foutue "La malédiction du Lou-Garou", "Cursed" de Wes Craven, mais c'est foiré.
Sinon Le "lycanthrope" ou "wolfman" bonne Bd édité chez Aredit comic pocket (toujours dispo dans quelques bouquineries ou sur Ebay).

Heu... le lapin garou ça compte ?
 


This is the 2nd time I visit your blog . I appreciate your good web design, it's pretty rare
voyance gratuite en ligne
 
Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?