mercredi, octobre 19, 2005

 

L'âge Dewaere.

Pas un très belle gueule, plutôt passe-partout comme garçon. Un être à la limite, un jeu d’acteur époustouflant. L’âme des écorchés vifs. Il en est mort le con. De même qu’il y a des chansons qui rendent indestructibles et donnent la force de partir au combat, je crois qu’il est des rôles qui changent votre vie à jamais. Je l’aurais bien aimé ce gars là. « Patrick Dewaere a une enfance plutôt difficile. Il n'aime pas l'école, même s'il tentera de passer son bac trois fois de suite. Il est souvent raillé comme la petite star du cinéma car, comme ses frères, Patrick tient, dès son plus jeune âge, quelques rôles sous le nom de Patrick Maurin (nom de sa mère) pendant les années 50. Il débute au cinéma dès 1951 dans "Monsieur Fabre". Il n'a alors que quatre ans. Il joue ensuite divers petits rôles d'enfants, d'écoliers... dans plusieurs films, comme par exemple, "La madelon", "en effeuillant la marguerite", ou "Je reviendrai à Kandara" ... En 1960, il tourne dans des films télévisés comme, par exemple, "La déesse d'or" ou bien encore en 1967 "Les hauts de Hurlevent" de Jean-Paul Carrière. C'est d'ailleurs cette même année qu'il obtient enfin un des premiers rôles dans le feuilleton télévisé "Jean de la tour miracle" (qui rencontre un certain succès). Toujours en 1967, il devient pensionnaire, puis " sociétaire " en 1968, du Café de la Gare avec Coluche, Romain Bouteille, Sotha et Miou-Miou... où il joue pendant plus de dix ans (lorsqu'il ne tourne pas pour le cinéma) dans différentes pièces de théâtre. Mais, à cause des différents reports d'autorisations d'ouverture, il va falloir quand même près deux ans pour que le Café de la Gare soit achevé et qu'il ouvre officiellement ses portes en Juin 1969. C'est pendant cette période qu'il veut faire table rase de son passé de "comédien embourgeoisé" et qu'il apprend qu'il n'a pas le même père que ses autres frères et sœur. Il décide alors de prendre un autre nom de scène et choisi le nom Dewaere, patronyme de son arrière-grand-mère maternelle, pour se différencier de la troupe Maurin, dont il ne se sent en fait qu'un numéro. C'est aussi pendant cette folle période qu'il décide de se marier dans le plus grand secret avec Sotha, en ayant Rufus et une amie comédienne comme témoins. Parallèlement, pour que la jeune troupe de comédiens puisse réaliser les travaux du futur "Café de la Gare", chacun d'eux fait des "post-synchro" (doublages sons). Patrick fait la voix de Dustin Hoffman dans "Le lauréat" par exemple et tourne dans quelques publicités pour contribuer à l'avancée du café théâtre. Dès le Café de la Gare achevé, il tourne avec ses acolytes dans un court-métrage "La vie sentimentale de Georges le Tueur" et commence à se faire remarquer dans les sketches qu'il écrit parfois et dans lesquels il joue. Il est engagé pour le cinéma par Jean-Paul Rappeneau, venu un soir sur les conseils de Coluche chercher dans ce nouveau vivier un des futurs acteurs qui devait jouer deux petites scènes dans son prochain film "Les mariés de l’an II" (1970). Un peu plus tard, il trouve un petit rôle avec une seule réplique en 1971 dans "La maison sous les arbres" (1971). C'est ensuite en 1972 que toute la troupe du Café de la Gare est engagée dans "Themroc" par Claude Faraldo, mais ce film qui est pourtant quasiment inconnu en France est encore aujourd'hui, l'un des films-cultes, des cinéphiles anglo-saxons. A la fin 1972, Bertrand Blier cherche de nouveaux acteurs, pour l'adaptation au cinéma de son roman "Les valseuses" (1974). Il choisit d'abord Gérard Depardieu et Miou-Miou, puis, sur les conseils des deux autres, Patrick pour tenir les rôles principaux. Ce film le propulse au rang de "nouvelles stars" à part entière. Néanmoins, après cet énorme succès, Patrick Dewaere reste curieux d'expériences stimulantes. C'est pourquoi il accepte de tourner dans des films à moindre budget, mais emplis de poésie comme "Au long de la rivière Fango" (1975) de Sotha ou "Lily aime-moi" (1975) et "F comme Fairbanks" (1976) de Maurice Dugowson dont il fait la musique. Il accepte également de donner une chance au jeune réalisateur Claude Miller en interprétant "La meilleure façon de marcher" (1976) ou "La marche triomphale (1977) de Marco Bellocchio où il prouve encore son horreur du conformisme. Car Patrick Dewaere excelle dans les rôles de perdants et de marginaux qu'il sait rendre attachants par sa sensibilité. Il interprète des rôles dans lesquels il peut se glisser instinctivement. Parfois, il refuse ouvertement certains scénarios qu'on lui propose, ce qui ne plaît pas beaucoup aux majors du cinéma. Les personnages qu'il interprète sont souvent meurtris mentalement, même si le public le préfère dans des rôles de héros positif. En 1977, il achève de convaincre le public de son talent, avec "Le juge fayard dit le Shérif " (1977) d'Yves Boisset. Mais après son petit succès pour la bande-son du film "F comme Fairbanks", il doute pendant un moment, sur le fait d'arrêter le cinéma pour se consacrer entièrement à la musique. Il veut monter un groupe, il fait donc un disque (un 45 tours) qui sort en 1978, mais son insuccès auprès du public le décourage rapidement et remet en cause sa carrière musicale. Il revient donc à son premier amour: le cinéma. Il tourne alors dans "coup de tête" (1979), "Série noire" (1979) qui obtiennent un véritable succès auprès du public. Mais en 1980, juste avant la sortie du film "Un mauvais fils" de Claude Sautet, Patrick confie sans crainte, ou de façon inconsciente, à un journaliste du "Journal du dimanche" la date qu'il veut garder secrète de son futur mariage avec Elsa, la mère de sa seconde fille Lola. Mais le journaliste décide de ne pas garder pour lui le scoop et la nouvelle fait la une du journal. Patrick est très énervé et malheureusement soutenu par deux de ses amis, ils se rendent tous les trois chez le journaliste où il s'ensuit une rixe. Le journaliste décide de porter plainte pour coups et blessures. Les journalistes très solidaires dans ce genre d'affaire soutiennent avec tous les excès et sans aucune mesure leur confrère et critiquent très fortement le film pourtant de grande qualité de Claude Sautet qui vient juste de sortir et les films qui vont suivre l'année suivante en 1981 comme par exemple "Psy", "Beau-père", ou encore "plein sud". Ils évitent de parler de Patrick Dewaere dans leurs articles ou ne le cite qu'avec ses initiales. Cette mésaventure avec les journaux va durer quelque temps et cela l'affecte profondément. Toutefois le journaliste, très bien conseillé, acceptera une très grosse somme d'argent de la part de Patrick Dewaere pour lui éviter le procès et en finir avec cette histoire. Donc, des le début d'année 1982, l'incident est oublié. Puis, sortent en salle des films comme"mille milliards de dollars" d'Henri Verneuil (1982) qui rencontre un très gros succès et un film pourtant tourné en 1979 "Paco l’infaillible " de Didier Haudepin. Ces nouveaux films où il tient les rôles principaux, lui permettent de donner là encore la pleine mesure de son talent. Le 16 juillet 1982, alors qu'il répète le rôle de Marcel Cerdan pour le film de Claude Lelouch "Édith et Marcel", Patrick Dewaere rentre seul à son domicile parisien, impasse du moulin vert, en début d'après-midi et choisit, en se mettant en scène face au miroir de sa chambre, de se suicider en se tirant une balle de 22 long rifle dans la bouche. C'est son domestique (qui parle seulement anglais) qui le découvre étendu vers 16 heures, et qui, affolé, se précipite chez la blanchisseuse de la rue du moulin vert pour lui demander d'appeller Police Secours, mais il est évidemment trop tard lorsqu'elle arrive. Le vendredi 23 juillet, ses obsèques sont célébrées place Victor et Hélène Basch (Paris 14 ème) dans l'église Saint Pierre du Petit-Montrouge. Le cercueil de Patrick Dewaere est porté par ses frères devant la foule. L'inhumation a lieu un peu plus tard à Saint Lambert du Lattay (Maine et Loire). Il avait seulement 35 ans et les raisons réelles de son acte demeurent inconnues. Patrick Dewaere est décédé un mois avant la sortie en salle de son dernier film "Paradis pour tous" (août 1982) de Alain Jessua. C'est un film où il joue le rôle d'un agent d'assurance qui vient de louper son suicide mais qui reprend enfin goût à la vie après une opération expérimentale (le flashage) sur son cerveau. Après "Edith et Marcel", il devait aussi tourner dans le prochain film de Bertrand Blier "La femme de mon pote" ou bien encore "Le prix du danger" d'Yves Boisset. Mais ces projets ne verront pas le jour, tout du moins pas avec lui." Il y a simplement une phrase qu'il se notait chaque matin sur un petit cahier : "Je ne suis pas indispensable".

Comments:
I blog quite oftеn and I ѕеriously apρreciatе уοuг content.

Thіs article has rеallу pеаked my іnterest.
ӏ аm going to bookmаrk уour wеbѕitе аnd keeρ checκing
for new іnformation about onсe а ωeeκ.

I ѕubscгibed tο yοuг Feeԁ tοο.



my page - Disque Ssd
 
Thаnk yоu for anοther infoгmativе website.

Thе place else may I get thаt type of informatіon written іn such
an ideal manner? I've a mission that I'm just now wοrking on, and І havе been
on the look out for ѕuсh infοrmаtion.


Feel free to surf to my web-site :: meuble de salle de bain
 
Everything is very open with a precise clarification of
the challenges. It was definitely informative.
Your site is extremely helpful. Thanks for sharing!

Feel free to visit my blog post - maquillage
 
Hello, i read your blog from time to time and i own a similar one and i was just curious if you get a lot of spam remarks?
If so how do you protect against it, any plugin
or anything you can advise? I get so much lately it's driving me mad so any assistance is very much appreciated.

Have a look at my web blog :: voyance par telephone
 
Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?