mercredi, janvier 16, 2008

 

Mangez des algues.

Des trésors cachés sous la mer .
"L'inventaire des algues - et leurs usages - ne cesse de s'allonger. Quelque 25 000 espèces ont été recensées sur la planète, dont 700 en Manche. Un fabuleux réservoir de ressources. Patrick Podeur n'est pas un fermier ordinaire, il cultive l'algue marine comme d'autres les artichauts. Son champ c'est la mer ; une combinaison de plongée lui sert de bleu de travail et il chevauche un puissant zodiac. Depuis 1989, il est à la tête de Biocean, une société (une ferme) d'algues, localisée à Roscoff dans les Côtes-d'Armor. Il emploie quatre salariés à l'année, renforcés au temps fort de la récolte - du printemps à la fin octobre - de quelques saisonniers. " Nous ramassons une quarantaine de variétés d'algues que nous faisons sécher et dont nous assurons la conservation, pour les vendre ensuite en gros, explique-t-il, moitié à destination de l'industrie alimentaire, moitié pour la cosmétologie. " À cette activité est venue s'ajouter la culture de la wakamé, une algue japonaise qui se " moissonne ", elle, en hiver et qu'il " replante " jeune, sur des supports mouillés en pleine mer, au cœur de ce qu'il est convenu d'appeler une concession maritime. " C'est une algue délicieuse, elle se consomme comme un légume, qui aurait le parfum et le goût des fruits de mer ! " Basée à Plougerneau dans le Finistère nord, la société Agrimer produit de la poudre ou des extraits liquides d'algues récoltées sur le rivage ou en eau profonde par la dizaine de goémoniers encore en activité sur le littoral breton. Si son PDG, Frédéric Nicolas, admet volontiers que ses produits sont très largement utilisés par la cosmétologie, la thalassothérapie et les Spas (centres thermaux), d'autres secteurs en sont désormais demandeurs. C'est le cas de l'agriculture qui s'intéresse à leurs propriétés fertilisantes, du secteur des compléments alimentaires et de la parapharmacie. Ce n'est d'ailleurs pas tant les usages des algues qui posent aujourd'hui problème, que l'approvisionnement des sociétés de transformation en raison du nombre de pêcheurs. " Celui-ci évolue sans cesse à la baisse, s'inquiète Frédéric Nicolas, car c'est un métier dur et fatigant, aussi nous devons réfléchir aux moyens de mécaniser et professionnaliser cette activité. " > Riches en oméga 3. une variété de micro-algues : l'Odontella aurita. Ces diatomées ont une forte teneur en silicium et en acide gras polyinsaturé (oméga 3), qui rendraient leur usage intéressant comme complément alimentaire. Elles préviendraient les problèmes de squelette, les difficultés cardiovasculaires et les troubles prémenstruels. Dans le domaine des inconforts liés à la ménopause - la prise de poids et la déminéralisation -, le Centre d'études et de valorisation des algues de Pleubian dans les Côtes-d'Armor a mis au point le complexe Ménocéane®. Elles auraient aussi une activité antivirale, anti-inflammatoire, anti-cholestérol, diminuerait la tension. L'effet anticancéreux de certains extraits ou molécules a été l'objet de tests sur l'animal… Un tel inventaire ne saurait surprendre tant il reste à apprendre des mécanismes mis au point par ces organismes marins pour se défendre contre les prédateurs (poissons, coquillages…), mais également résister au sel, ou à l'insolation et la dessication quand ils restent hors de l'eau entre deux marées. Les algues : l'énergie des eaux. Dans les étagères des pharmacies et des magasins de produits naturels, sous forme de capsules, les algues sont déjà bien connues par ses propriétés nutritives. Agar agar, kombu, fucus vesiculosus, spiruline, chlorella. Chacune concentre un peu de la richesse des eaux, étant une excellente source d'énergie et possédant des propriétés anti-oxidantes. Ce que les peuples de l'Orient savaient depuis des siècles, les occidentaux ont commencé à découvrir il y a peu du temps, lorsqu'ils ont commencé à utiliser des algues dans la cuisine : en plus d'être nutritives, elles sont aussi savoureuses. Pour ceux qui ne sont pas encore familiers au goût des algues, l'initiation peut commencer avec celles séchées, qui peuvent être coupées en petits morceaux et ajoutées aux soupes et aux salades. Grâce à sa richesse nutritive, elles ont atteint le titre de «viande des végétariens». Chaque variété d'algue offre un apport nutritif capable de répondre à des besoins assez spécifiques. Le fucus, par exemple, est plus riche en potassium et le agar agar est très reconnu grâce à sa richesse en fer, phosphore et calcium, outre des vitamines telles que la A, B1, B6, B12, C, D et K. De plus, puisque sa capacité de gélatinisation est encore plus puissante que celle de s gélatines d'origine animale, le agar agar est de plus en plus utilisé industriellement dans la production de crèmes glacés, yogourts, imperméabilisants et même des capsules de médicaments. La chlorella est considérée comme une très bonne source de protéine végétale. Provenant des eaux non salées, cette micro algue chinoise présente un éventail d'éléments nutritifs tels que le calcium, le phosphore, le magnésium, des vitamines et des acides aminés. Des spécialistes affirment que elle présente plus de chlorophylle que l'épinard et plus de vitamine E que le lait. Ayant des effets très semblables à ceux du collagène bovin, les algues aident les muscles à se raidir, en plus de fortifier les cheveux et les ongles. L'une des propriétés les plus intéressantes des algues est la présence de l'iode dans sa composition. Voilà pourquoi elles sont souvent indiquées pour les déficiences légères d'hormones thyroïdiens, combattant des symptômes comme la paresse, la flaccidité, la chute de cheveux et la somnolence. Ces symptômes montrent que la glande thyroïde produit des quantités insuffisantes d'hormones T3 et T4. L'iode présent dans la plupart des algues peut stimuler la production de ces hormones, éliminant ainsi ces symptômes. De plus, il active le métabolisme, aidant le corps à brûler des grasses, activant également la libido. Le résultat est un accroît d'énergie, même pour ceux qui n'ont pas la chance de vivre au bord de la mer. "

Comments:
les végétaliens (et tariens) connaissent bien une autre algue qui pousse dans un simple bac rempli d'eau douce : la spiruline.
Très riche en protéine, une protéine propre à cette algue, très nutritive.
vive les algues.
 
Bon alors c'est bon pour la santé, d'accord, mais est-ce que c'est bon, bon? Parce que moi la propolis... impossible, et pourtant...
 
Ben si la Propolis sur un sucre c'est trés bon...non ?

Sinon en gélules....

Enfin moi je suis fan des salicornes mais est-ce vraiment une algue la salicorne....
 
Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?