vendredi, février 06, 2009

 

Fuckboroughts 24th avenue.

Aaaaah cette vieille tradition socialiste, fière et droite, qui accourt dès que hurle la première sirène de la thune à l’image de Bernard qui est, comme le disait Didier Porte ce midi "le premier ministre avec un sac de riz sur l’épaule et des sacs de blé dans les poches". Aaaaah belle tradition journalistique qui consiste à lécher le cul du pouvoir en place à l’image de Ferrari et Pujadas comme deux clebs sur la plage arrière d’une Fuego. A côté d’eux, même Lagache avait des airs de Guevara. Le Guy tout ce qu’il voulait c’était tout savoir des rouages économiques et des fonctionnements de l’industrie sidérurgique on va mettre ça sur le compte d’une déformation professionnelle due à plusieurs saisons de Capital. Le puni de la soirée c’était effectivement Duhamel qui payait chéro la sortie de son bouquin "la marche consulaire" sur un Sarko/Bonaparte et qui du coup ne pouvait pas en placer une tant Nicolai le calculait pas. 90 mn de rien. 90 mn de cadeaux aux patrons. 90 mn et pas un seul mot pour le petit personnel. 90 mn qui nous rapprochent d’une révolte vous l’avez très bien dit monsieur le Président et vous avez raison. Le vent se lève. Voy a hacer la tormenta. Monsieur le Président est-il utile de vous rappeler que nous avons la guillotine facile dans ce pays. Qu’en moyenne tous les quarante ans le peuple se soulève dès que la coupe est pleine et que le frigo est vide. Prenez garde. Prenez garde et priez qu’après le vent du boulet ne souffle pas, plus tôt que prévu, celui des moissons. Alors de grâce, soyez sage et rendez-nous les clefs de l’Elysée sinon nous viendrons les chercher.

Comments:
moi je veux pas faire chier mais ne plus avoir à payer la taxe professionnelle ben çà me va! car j'ai pas une entreprise et je la paie!
 
Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?