mardi, novembre 18, 2008

 

Fuckboroughts, 15th avenue.

Vraiment incroyable cette culture du médiocre qu’on peut avoir en France. Les américains aiment les bons et nous on aime les nuls. C’est sans doute bien mais avec des conneries comme ça on se retrouve avec des Magalie Vae… Et ben oui les gars… Bravo les français et après certains osent dire que vous etes formidables… Formidables, formidables ça dépend pourquoi… Si vous voyez ce que je veux dire… J’aime bien le dessin de Manu Larcenet et de fil en aiguille je suis tombé dans Donjon. J’ai pas mal laché la bande dessinée en quelques années et hormis quelques entorses à la rêgle je n’achète plus ou presque plus de revues Marvel. La boucle étant bouclée selon moi depuis belle lurette. Chuis pas fan des auteurs franco-belges, pas fan de Sfarr et pourtant je trouve que l’univers développé dans Donjon est vraiment impressionnant. Je suis encore un peu perdu entre les "crépuscules" et les "Zénith" mais à la lecture de l’ "arc" Parade, je deviens de plus en plus accro. De la même manière, je viens de finir les nouveaux bonus du troisième dvd de l’édition deluxe de Casino royale et le segment sur le personnage de Bond est vraiment intéressant. "Un pourri avec style" voila comment l’auteur défini son personnage, nous sommes effectivement très loin de cette catin prout-prout doigt dans le fu de Pierce Brosnan. Dès qu’il y a un truc à la con il faut que je tombe dedans moi, ça c’est impossible, je ne sais pas faire le tour : à chaque fois je plonge. Bon ben là à trente quatre piges chuis un peu tombé dans Saint Seiya, oui je sais faudrait que je me sorte ces images de Tanguy boutonneux qui traînent dans ces magasins Pokemon éventrant père et mère pour l’armure collector du Sagittaaaaaaaire. Alors comment dire… Je trouve la sortie du Pegasus box (hum un peu tardive) mais bougrement excitante (bon y a que moi à m’exciter mais bon quand même). Je m’aperçois au bout de deux épisodes que la série n’a (mais alors) rien à voir avec la daube en boite servie par AB/TF1 dans les années 1980. D’abord parce qu’il n’y a plus ce ridicule générique mal tanqué et braillé par le non moins ridicule Bernard Minet (Minet était aux génériques ce que Tota était aux couves Semic : Une honte. Dire qu’il fût une époque où il existait un Frisano…) Bon enfin bref exit les images fadasses et délavées, les incrustations à l’arrache, le générique est enfin hurlé, la série (qui était censurée à outrance) est effectivement incroyablement violente, comme souvent c’est très ouvertement gay friendly, c’est coloré, ça crie, ça pête je comprends tout à fait que cette série passionne autant de vieux cons attardés comme moi… Le congrès de Reins… Parce que vous pensiez que la face du monde en eu été changé ? La phrase de Jean Michel Aphatie l’autre soir était vraiment très juste : "Le PS c’est une équipe qui entre sur un terrain de foot pour jouer au basket. Le résultat ? C’est le bordel et ils prennent des buts". Je bloque sur des chevaliers en goguette mais dès que j’ai cinq minutes je zappe sur les deux doubles programmes de Kurozawa édités par Arte video dont le très réussi Doppelganger/Loft. Je revois les premiers Salvadori et Pola X de Carax (que je trouve à chaque fois de plus en plus beau graphiquement). J’aime bien les sales cons, sans doute parce que j’en suis moi-même un bel exemple Mais les mecs qui font de la promo et qui détestent ça me plaisent plus que tout. Du coup c’est pas naturel, forcé et ça donne des grands moments de télé. Deux très beaux exemples : Cassel et Kersauson. Cassel venu parler (du con comme la lune) Mesrine est navrant de bêtise dommage qu’il ne soit pas jamais aussi bon que dans ses commentaires audio. Ce type est un fan-boy, il kiffe le cinoche de genre, il kiffe le support dvd, je conseille chacun de ses commentaires audio (le pacte des loups, sur mes lèvres et surtout Blueberry où il se casse la gueule de son siège…) et enfin Kersauson où le vieux loup de mer venu parler du très grand public Ocean’s song répond à chaque fois à côté aux questions qui le gonflent : "Concernant l’argent mon père me disait : Fiston, l’argent, ne le méprise pas sinon il te le rendra" ou alors "Je range mon bateau sur mon île entre la villa et la piscine : Je ne pourrais pas vivre sur une île sans savoir que je peux m’en échapper dans la minute". Vraiment dommage tout le mal qu’on a fait au personnage de Zorro notamment avec ce crétin sans charisme de Banderas. Zorro est tout sauf ça. Putain c’est quand même un légende ce type, sans aller jusqu’au ninja des mezetas, Zorro c’est avant tout un frisson, un mot qu’on murmure, une ombre qui passe. J’aime bien l’idée qu’il y ait une infinité de Zorro, des lobos comme autant de Spawns. Dans l’ensemble c’est vrai que j’aime beaucoup des justiciers de l’ouest les two-gun kid, les Rawhide kid, le premier Ghost rider, ceci dit plus je vois la bouse et sa séquelle et plus je rêve d’un Zorro mature, graphiquement sombre, violent et rapide… Traitement raté. Dommage.

Comments: Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?