dimanche, mars 11, 2007

 

If I had a Hammer.

C’est marrant de voir à quel point la Hammer et la Shaw sont similaires sur bien des points. Acteurs et réalisateurs récurrents, un esprit de démerde, des effets "trois bouts de ficelles" qui tombent souvent à plat mais qu’on regarde avec beaucoup de nostalgie, des décors superbes utilisés et réutilisés, usés jusqu’à la corde le tout dans un scope & technicolor (voire Shawscope) aux couleurs outrancières… Ces temps-ci je fais une cure de Terence Fisher et je suis sidéré de voir à chaque fois comment il existe vraiment un style Hammer, une marque de fabrique (au delà des acteurs) que l’on retrouve dans chacun des films… La saturation des éclairages, les prédominances des verts et des rouges, ce scénario toujours basé sur le sempiternel principe de "profanation - malédiction - destruction du monstre" un peu comme le style Carpenter : le héros cherche à rentrer dans le château pour délivrer la princesse ou le héros attend la cavalerie dans le fort assiégé par les indiens sortis de ces deux schémas pas grand chose à creuser…) On remarque souvent que les décors sont les mêmes : la lande balayée de lueurs verdâtres et parcourue de basses nappes de brouillards est la même que ce soit dans The Mummy, Hound of the Baskeville ou dans Dracula/Prince of Darkness… Pour moi Peter Cushing restera Holmes à tout jamais, sans doute parce que c’est le premier Holmes que j’ai vu à l’écran… On doit garder cette première impression de l’enfance. Revu les deux premiers Quatermass (pas trouvé le dernier) carrement des X files avant l’heure… Et puis Dracula et son imagerie incroyable, parfois du Colan dans les plans, parfois du Fisher dans les cases… Je suis d'ailleurs toujours à la recherche des premiers Tomb of Dracula…. Si vous voulez vous pencher sur cette incroyable et prolifique "aventure Hammer" veuillez vous reporter au dossier consacré à ce sujet dans les pages du Mad Movies n°128. Un hommage assez complet qui détaille bien entendu les incontournables accompagné d’une filmo plus que complète mais on y retrouve également et c’est assez intéressant pour être souligné tous les films en marge de la firme, des films qui font couleur locale mais qui restent tout de même assez représentatifs du fantastique Anglais de cette époque.

Comments: Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?