jeudi, juin 21, 2007

 

Bcity E.P.K (v. Burma c'est louche).

"Un homme & une femme", "tout ça pour ça", "and now ladies & gentlemen", "les Parisiens" autant de films qui m’avaient profondément cassés les couilles, je me croyais définitivement fâché avec Claude Lelouch. Et pourtant son dernier film "roman de gare" m’intrigue. Il m’intrigue pour plusieurs raisons, tout d’abord parce que son réalisateur est un caractériel, un lunatique qui ne fait que ce qui lui chante, on lui demande de partir à gauche pour qu’aussitôt il file à droite, on lui commande du mélo et au final il en tire un polar. Pour ne pas se faire emmerder par la critique qui goûte les plats avant le chef, il décide de tourner dans le plus grand secret. Alors comment tourne t’on dans le plus grand secret ? Et bien tout simplement en disant qu’on produit le premier long d’un jeune réalisateur Hervé Picard (qui n’est autre que son prof de tennis) et on dit par conséquent qu’on sera (forcement) sur le plateau because casquette de producteur, ce qui permet d’avoir une paix royale et une liberté de ton de bout en bout du tournage. Alors pour le film qu’en est il ? Et bien je n’en sais strictement rien, je ne l’ai pas vu puisqu’il ne sort que la semaine prochaine et sur 44 salles seulement. "Roman de gare" est un polar, certes mais pas seulement, c’est une caricature des clichés de la littérature bon marché, allant de l’évasion du dangereux criminel en passant par les couloirs de métro jusqu'aux derniers trains de nuit qui éclairent les rails. A noter également le petit gars que j’aime bien parce que c’est le seul à parler musique indé devant Leymergie (un exploit) j’ai nommé m’sieur Alex Jaffrey qui à bossé sur le son et puis deux autres bonnes raisons pour aller voir ce film : Fanny Ardant et Dominique Pinon et enfin Michèle Bernier, pour une fois utile à autre chose qu’à occuper le fauteuil invités sur les show télés. Ce film me plait. Je crois que si je devais faire un film je tournerais un polar, pour tout ça, les lieux, les personnages, tout ce qu’on voit puis tout ce qu’on ne voit pas. Les films ratés de Lelouch masquent malheureusement ses films réussis et c’est oublier trop vite "l’aventure c’est l’aventure", "l’itinéraire d’un enfant gâté" et celui qui reste pour moi son meilleur : "Des jours et des lunes…" Dommage que Lelouch ne soit pas Italien, peut-être aurait-il pondu un giallo… Et puis je dévore les saisons que je n’avais toujours pas vu des "Sopranos" et de "Columbo" (5). Et un appel à un distributeur producteur enfin je sais pas trop comment ça s’appelle dans le milieu du DVD allez au hasard Neopublishing ou Wild side : Vous ne voudriez pas ressortir (même dans une édition simple) notre seul giallo français à ce jour ? "Fréquence meurtre ?" avec Deneuve & Dussolier... Allez siou plait….

Comments:
Avec le perroquet écrasé contre le mur, ça m'avait bien plu aussi !
 
Ba ouii, même que le tueur c'était #~2^0@@0;;
 
Non!? Tu ne vas quand même pas me dire que c'est Kayser Sosey le tueur de Seven?
 
ba noooon
mais il tiens un couffin avec deux autres hommes...
Si vous voyez ce que je veux dire....
 
Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?