lundi, février 19, 2007

 

Ghost biker.

Il fait chaud et je cavale comme un dératé pour être à l’heure à mon rendez vous. Ok le réchauffement climatique ça à du bon en février sauf si vous etes d’un naturel frileux et que pour être prévoyant vous vous etes pourvus d’un manteau en doublure poil de sguegue…Je transpire à plein régime et je sens que ça coule le long de mon dos. Je regarde mes pieds vielle habitude du temps ou j’avais les cheveux longs. C’est quand j’ai relevé la tête que je l’ai vu, juste avant qu’il ne disparaisse encore une fois au coin d’une rue, "l’homme au vélo" à pied. Trop de flashs hivers comme étés et l’occasion est trop belle pour que je la laisse passer et que je le laisse filer encore une fois. Tiens ben aujourd’hui je vais le suivre. Dés les premiers pas je m’aperçois que je n’ai absolument rien d’un détective et je réalise soudain le ridicule de la situation… J’erre dans ma ville grosse comme une hémorroïde et je piste un pauvre couillon qu’à du crever une roue de son vélo et qui vient de s’acheter une rustine et deux pantalons chez Pantashop. Tant pis faut que j’en aie le cœur net, savoir au moins où il crèche ce con, comment se fait-il que j’arrive presque à le voir à trois endroits différents en si peu de temps : le lundi à vélo cours de la marne, le mardi à minuit vers Tonneins et le mercredi à l'aube rue de la Cabre et je passe toutes ces routes au milieu de rien de jour comme de nuit dans les endroits les plus reculés de Bancal city. Il faut faire taire la rumeur, je dois en avoir le cœur net tant pis pour mon rendez vous. Il marche devant moi et se retourne tout le temps (curieux) on avance séparés d’environ trente mètres il penche la tête, je ne le quitte pas des yeux persuadé qu’il va de nouveau s’évaporer dans un gros "bamf" au moindre clignement d’oeil. Merde, il s’arrête. Putain, vite faire le mec qu’à un lacet de défait (comedia dell'arte & actor studio réunis) il repart, la vache s’il fait demi tour je vais passer pour un con moi…Attend mais on fait carrément le tour de la ville là… Dis moi donc petit génie et s’il va à la gare on fait comment ? Ben j’en sais rien maudite conscience. Tu es ridicule. Je t’emmerde. Je savais même pas ce que j’étais en train de faire en ce moment même…Ah le voila qui s’engouffre sur les boulevards, je lui colle au train, plein de gens dans la rue, il salue personne, regarde aucun magasin, tourne très peu la tête mais se retourne souvent dans ma direction je met ça sur le compte de mon manque de tact…Va-t-il chez lui ? Squatte t’il quelque part ? Sont-ils plusieurs ? Des jumeaux ? Avec des vélos ? faut-il regarder les vélos comme les moustaches des Dupont & Dupond ? Aujourd’hui j’ai envie de savoir où il pieute, mine de rien ça fait quand même un bon quart d’heure qu’on marche dans la ville il va bien finir par se poser oui ou merd…Tiens il cherche quelque chose dans sa poche bingo ! j’entends un bruit de clefs oui, on y est, il fait tourner la clef autour de son doigt c’est une grosse clefs genre clef de portail si ça se trouve il est hyper riche ce gars là, j’ai tout entendu sur ce mec que c’était un prof de philo dépressif qui vivait en hermite et qui refusait de parler, j’ai entendu que c’était un gars des R.G, un gars en cavale bref tout et n’importe quoi mon esprit s’emballe jusqu’à ce qu’il introduise cette putain de grosse clef au n°42 rue des Adouberies. Je vous laisse le soin d’aller voir.

Comments:
Dingue ce gars... Je compte même plus le nombre de fois où j'l'ai croisé. Mais faut bien reconnaitre qu'il s'est pas encore aventuré dans le 7-7...
 

Votre blog est simplement génial. J'y ai découvert de superbes images, signatures, citations. Je ne ma lasse pas de le regarder.

voyance en ligne
 
Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?