mardi, janvier 30, 2007

 

Sabliers & marchands de rêves.

Ces temps-ci j’écoute beaucoup de gens se plaindre, certains collègues attendent patiemment la retraite bien au chaud au fond d’un bureau en pleurant sur les mois qui les séparent de la date de la libération. Une vie en tandem, un travail qui rebute. Ces temps-ci, j’écoute des collègues femmes parlant comme des demeurées, crachant sur tout le monde avec un beau sourire en vitrine, laissant planer la menace du "congé maladie" à la moindre dispute avec un supérieur. Moi je m’en fous... Je laisse couler la vie… Elle passe, demain j’aurais 40 balais qu’est ce que j’en aurais à foutre de tous ces cancans… Des jours comme aujourd’hui je me dis à quoi bon… ça sert à quoi tout ce bordel ? je lâche mes passes-temps les uns après les autres pour avoir du temps… A peine le temps d'ouvrir un bouquin que je m’endors. A peine le temps de rentrer un dvd dans mon lecteur que quelqu’un sonne à la porte, à peine le temps de taper un post sur mes blogs, que le téléphone sonne. Le temps au-delà du fric. Le temps. Le luxe ultime. Un gamin qui cours sur la jetée d’Antonio bay, une radio en haut d’un phare. Autant de rêves. Il doit bien y avoir des moments où l’on est passé trés proche de la mort. Où chacun frôle la limite. Où on entre dans la zone rouge sans le savoir, trompe la mort peut-être même sans en avoir conscience, quels sont tous ces moments sur le fil du rasoir ? Failli être bouffé par un requin dans une eau turquoise ? Castré par de plantureuses femmes abyssines ? Hijacké en plein vol entre Djakarta et Kuala Lumpur ? noyé au large d’Ipanema ? En joue, front contre terre, au second check point de Gaza ? Mangé les amanites préparées avec amour par notre chère épouse ? Confondu avec un sanglier dans un bois en pleine période de chasse ? Confondu avec un chasseur par un sanglier veuf trés affectueux ? Sêché les cheveux dans votre baignoire ? Premier de cordée emporté par une avalanche ? Un capitaine d'un bateau en perdition ? Etouffé sous des tonnes de polyester mousses ? Asphyxié en haut d’une cuve ? Tombés d’une palombière ? Enfermés dans une chambre froide ? Percuté un camion en pleine nuit sur une piste à Tanger ? On the edge, une vie d’équilibristes instables. Qu’est ce qui nous tuera ? Quel temps fera t’il le jour de la grande retraite ? Qu’y aura-t-il à la télévision ce soir-là ? J’espère ne plus faire Lullaby, dans le cas contraire dès le lendemain faudra prévoir des rediffs et un best of… Comme vous avez pû le constater ma radioblog fonctionne toujours aussi bien, la semaine dernière j’interviewais Mickey Mouse, j’ai donc été obligé de retirer ce formidable entretien, une question de fréquences Mhz d’après PeaK, j’espère avoir trouvé la solution pour le week end prochain… Pourquoi ce sont à chaque fois les artistes qui ont fait juste un single ou un pauvre film intello qu’à fait trois entrées qui sont les plus pénibles à gérer ? Pourquoi ce sont aussi ceux-là qui sont les plus difficles à obtenir et qu’on à envie d’écorcher vif à la fin ? (Quoi une ancienne miss ? Un robin des bois ? who knows ? the Shadow knows) A chaque fois que je vois JJ Jeunet dans une émission il me files envie d'acheter une caméra. Pourquoi ne pas tenter de faire un court ? Why not ? Je sais on arrête pas de se dire ça avec Pea.K et puis on le fait jamais.. Ah si j’avais du temps…

Comments: Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?