mercredi, janvier 06, 2010

 

Un parallèle.

"L'impudeur des sentiments, ça ne m'excite pas. Il y a comme un pas, un paravent entre elle et moi. Comme un parallèle, entre moi et elle. Dis, aprés quoi on court ? Est ce que c'est ça ? Dis est ce que c'est ça ? Anti-cantique des quantités, occident oxydé. Essouflé, j'avoue j'ai envie d'une arrivée sublime, avant de m'écrouler dans les ruines. Dis, aprés quoi on court ? Est-ce que c'est ça ? Dis, est-ce que c'est ça ? "Ce cercle qui semblait naître de toi, comme le reflet naît d'un rayon direct, aprés que mes yeux l'eurent considéré quelques temps, me parut se peindre en lui-même de la propre couleur de l'effigie humaine. D'où il advient que ma vue entière s'attacha sur lui." L'impudeur des sentiments, ça en m'excite pas. Est-ce que c'est ça ? "La puissance manque tout-à-fait à la haute conception mais déjà mon désir et ma volonté, comme deux roues soumises à la même implusion, se portaient ailleurs, dirigés par l'amour qui met en mouvement le soleil et les autres étoiles." Dis, après quoi on court ?"

Comments: Publier un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?